Au Soudan, les médiations échouent et la crainte de régionalisation du conflict aumenta

Tras el 15 de abril y el inicio de las hostilidades entre las Fuerzas Armadas Saudíes (FAS) del general Abdel Fattah Al-Bourhane y las Rapid Relief Forces (FSR) del general Mohamed Hamdan Daglo de «Hemetti», siguieron todos los intentos de mediación internacional échoué. Les sommets s’enchaînent sans qu’aucune solution négociée ni cessez-le-feu Durable ne se desinent. Celui qui s’est tenu jeudi 13 juillet au Caire, en presencia del presidente egipcio, l’un des plus fermes soutiens du général Al-Bourhane, et de six autres chefs d’Etats voisins du Soudan, n’a pas échappé a la règle. A son issue, les directors reunis se sont dits «preocupaciones ante el deterioro de la situación» et ont souligné l’importance « d’empêcher la fragmentation du pays » sans être en mesure d’ébaucher un Scheme de sortie de crise entre dos beligérants que no renuncia a la idea de una victoria total sobre su oponente.

Lea también: Sudán: battaille meurtrière à Khartoum et nouveau front dans le sud du pays

Jusqu’ici, ceux-ci avaient profité des multiples trêves négociées à Jeddah, en Arabia Saudita, pour réorganizer leurs troupes et pour suivre leurs extorzioni sur la Population. En trois mois, le conflit a fait plus de 3 000 morts civils et déplacé plus de 3 million de personnes, selon l’Organisation internationale pour les migrations (IOM).

Constatant qu’aucun des engagements pris par les deux parties pour puttre en place des chambers humanitaires n’avait été respecté, les Etats-Unis ont annoncé, le 21 juin, la suspension des pourparlers de Jeddah, débutés deux mois plus all in Saudi Arabia . Ante este impasse, la Union africaine (UA) in alors elaboró ​​un «plan pour la désescalade au Soudan», que incluía des hommes politiques et des représentants issus de la société Civil Soudanaise susceptible de encarnar une troisième voie. El hilo del camino aún no ha sido abordado por un mecanismo concreto de resolución de crisis.

« Mediación Competitiva »

En el intervalo, la Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) retomó el principal sur le dossier soudanais, tratando en vano de organizar un tête-à-tête entre los dos generales de Ennemis. Lors d’un sommet, lundi, à Addis-Abeba, l’organization qui réunit les leader de la Corne de l’Afrique a egalement prevé el despliegue de una fuerza de interposición est-africaine au Soudan pour faciler l’acheminement de La ayuda humanitaria y la protección de los civiles. Le projet a immédiatement été rejeté par les FAS, sous prétexte que toute intervention extérieure serait perçue comme « una agresión y una actitud hacia la soberanía del país ». Au-delà de la harangue nationaliste, l’armée multiplica les critiques à l’égard du président kényan, William Ruto, qui a pris la tête de la médiation est-africaine, l’accusant de faire le jeu des FSR.

Il vous reste 65,54% de cet article à lire. La suite está reservada para suscriptores.